Les causes

"Les populations de pollinisateurs ne
peuvent échapper aux impacts nombreux
et massifs de l’agriculture industrielle"

Les insecticides représentent la menace la plus directe pour les pollinisateurs

Comme leur nom l’indique, ces produits chimiques sont destinés à tuer les insectes ; ils sont utilisés en grandes quantités dans l’environnement, essentiellement dans les régions agricoles.

Bien que leur rôle dans le déclin global des pollinisateurs reste encore mal défini, il est de plus en plus évident que certains insecticides, aux doses régulièrement appliquées dans les systèmes agricoles intensifs, ont des effets dévastateurs sur les pollinisateurs – tant au niveau de chaque spécimen qu’à l’échelle des colonies. Les insecticides appliqués à des doses faibles et non létales produisent sur les abeilles des effets divers et variés.

1. Effets physiologiques

Ils se produisent à de multiples niveaux et ont notamment été évalués en termes de taux de développement (temps nécessaire pour atteindre l’âge adulte) et de taux de malformation (dans les cellules à l’intérieur de la ruche, par exemple).

2. Perturbations du comportement de butinage

Notamment avec des effets manifestes sur le système de navigation et le processus d’apprentissage des abeilles.

3. Interférences avec le comportement alimentaire

Effets répulsifs, anti-appétants ou réduisant les capacités olfactives.

4. Impacts des pesticides neurotoxiques sur les processus d’apprentissage

…(reconnaissance des nids et des fleurs, orientation spatiale, etc.) : ces impacts sont considérables ; ils ont été étudiés et largement identifiés chez les espèces d’abeilles.

L’agriculture, labours et pâtures confondus, occupe environ 35 % des terres émergées non gelées, c’est un des plus grands écosystèmes de la planète ; sa surface rivalise avec celle des forêts.

L'agriculture industrielle

Durant les cent dernières années environ, l'agriculture est rapidement devenue de plus en plus industrielle.

Cela a pris la forme d’une utilisation accrue des engrais, des produits chimiques toxiques, de l’extension des monocultures et une expansion accrue de l’agriculture sur d’autres terres. Notre agriculture a donc un impact extrêmement négatif sur l’environnement. L’agriculture industrielle affecte les abeilles et les autres pollinisateurs de différentes façons, mais en particulier par :

L’intensification de l’agriculture

L’intensification de l’agriculture favorise la perte et la fragmentation d’habitats naturels et semi-naturels de valeur pour les pollinisateurs : l’agroforesterie, les herbages, les champs anciens, les étendues de buissons et d’arbustes, les forêts et les haies.

On considère que c’est la cause principale du déclin des pollinisateurs sauvages avec toutefois des effets moins importants sur les abeilles domestiques (Brown and Paxton, 2009 ; Winfree et al, 2009).

Plus de détails dans le rapport «Le déclin des abeilles»

Les monocultures industrielles

Les monocultures industrielles et généralement le manque de biodiversité végétale dans et autour des cultures limitent la quantité de nourriture à laquelle les pollinisateurs ont accès tant en quantité que dans la durée.

Un déclin concomitant de la diversité végétale au niveau local, des abeilles et d’autres pollinisateurs a été montré au Royaume-Uni et aux Pays-Bas (Biesmeijer et al, 2006) ; c’est probablement un phénomène largement plus répandu.

Plus de détails dans le rapport «Le déclin des abeilles»

Les pratiques agricoles

Les pratiques agricoles que sont le labour, l’irrigation et l’abattage de végétaux ligneux détruisent les sites de nidification des pollinisateurs (Kremen et al, 2007).

Plus de détails dans le rapport «Le déclin des abeilles»

L’épandage d’herbicides

L’épandage d’herbicides à large échelle réduit la diversité et le nombre des plantes non cultivées et limite de ce fait la disponibilité de nourriture pour les abeilles.

La destruction chimique des habitats par l’épandage massif d’herbicides peut avoir des conséquences à long terme, particulièrement sur la distribution des pollinisateurs dans les environnements agricoles (UNEP, 2010).

Plus de détails dans le rapport «Le déclin des abeilles»

L’utilisation de pesticides

En fin de compte, la large et omniprésente utilisation de pesticides que connait l’actuelle agriculture intensive peut provoquer la mortalité et/ou une altération de la capacité de nourrissage des abeilles sauvages et domestiques.

Déterminer le rôle spécifique des pesticides dans la santé des pollinisateurs est d’autant plus compliqué que les sites où l’utilisation des pesticides est intensive sont souvent aussi des endroits où il y a peu de fleurs et de sites de nidification (important pour de nombreux pollinisateurs sauvages) (Kremen et al, 2007).

Plus de détails dans le rapport «Le déclin des abeilles»

Les changements climatiques

Un bon nombre des conséquences prévisibles des changements climatiques, comme l’augmentation des températures, la modification des modèles de précipitations et des événements météorologiques plus irréguliers ou extrêmes, impacteront les populations de pollinisateurs.

De tels changements peuvent affecter les pollinisateurs individuellement et en fin de compte leurs communautés et provoquer une extinction accrue des espèces de pollinisateurs (UNEP, 2010).

Plus de détails dans le rapport «Le déclin des abeilles»

"On a aussi constaté que les herbicides augmentent la toxicité de certains insecticides pour les mouches et les souris, mais ce n'est pas vérifié en ce qui concerne les abeilles. Un effet non mortel d'un insecticide qui réduit la capacité des abeilles à se nourrir peut avoir des conséquences plus nuisibles pour sa santé si les abeilles y sont exposées à un moment où les ressources alimentaires ont été réduites par l'épandage d'herbicides."

− Brittain and Potts 2011

"Les pollinisateurs sont exposés de façon croissante à un cocktail de pesticides, plus de 17 pesticides ont par exemple été analysés dans un seul échantillon d'une colonie d'abeilles domestiques (Frazier et al, 2008) ; cela a des conséquences inconnues sur la santé des abeilles et les prestations des pollinisateurs. L'importance de cet aspect augmentera sans doute à l'avenir compte tenu de l'augmentation prévisible de la production totale de pesticides (Tilman et al, 2001) et des cultures qui dépendent de pollinisateurs (Aizen et al, 2008)."

− Brittain and Potts 2011

"Le potentiel d'interaction entre de multiples pyréthroïdes et fongicides semble très à même d'impacter la santé des abeilles d'une façon qui reste encore à déterminer."

− Mullin et al 2010

Aidez-nous à sauver les abeilles!

Aidez-nous à sauver les abeilles

Rejoignez les milliers de personnes à travers le monde qui veulent interdire les pesticides tueurs d’abeilles, l’agriculture industrielle et promouvoir l’agriculture durable.  Plus nous serons nombreux, plus nous pourrons influencer les gouvernements et les industries pour protéger les abeilles.

bee-feather_rtl

533'519

Signatures de pétition

Vos coordonnées

Il y a 2 heures

David Diaz s'est engagé pour les abeilles